L’ordre d’Akhal


Bien avant que l’Eglise ne soit créée et que le Royaume de Deremis ne soit fondé, un Homme avait déjà réussi l’exploit d’unir l’Humanité sous sa bannière.

Combattant les créatures qui arpentaient les campagnes ou sommeillaient au fond des forêts les plus denses et s’appuyant sur la foi de ses compatriotes, Akhal bâtit un empire.

Ses actes héroïques trouvèrent un écho auprès des Hommes qui créèrent la première institution vouée à une divinité.
L’ordre d’Akhal venait de voir le jour.

Akhal est le Dieu de la lumière ainsi que de la justice et les paladins qui le servent incarnent ces principes.
Ces guerriers sacrés établirent les premiers dogmes religieux de l’ordre, avant d’aller répandre leur parole dans les villes et les campagnes, aidant le faible et châtiant le mal partout où les menait leur quête.


Qu’il s’agisse d’affronter des créatures cauchemardesques dans les coins les plus reculés du monde ou d’apporter la justice à ceux qui usaient de leur autorité contre leurs congénères, l’ordre était de tous les combats.

Les dangers étaient nombreux, mais l’efficacité des paladins d’Akhal était devenu légendaire et leur simple vue emplissait les cœurs des valeureux de courage et ceux des malfaisants de terreur.

Conscient néanmoins que leur mission était dangereuse et parfois coûteuse en vies humaines, l’ordre établit de nombreux monastères pour y recruter et entraîner les futurs paladins.

Prenant de plus en plus d’ampleur, ils incarnent aux yeux du peuple les envoyés d’Akhal dont ils servent la volonté.


Pendant ce qui sera appelé plus tard « l’ère sauvage », il n’était pas rare de voir des armées entières de paladins d’Akhal, resplendissant dans leurs armures blanches et or, leurs étendards claquant au vent, s’élancer au combat, des litanies sacrées aux lèvres.

Ces récits ont parcouru les âges et il est bien peu de gens qui peuvent oser avancer que leur famille n’a jamais eu affaire à eux.

Par conséquent, ils sont extrêmement respectés et craints car nul n’est au-dessus de leur justice, le noble comme le paysan.


L’ordre est dirigé par un grand maître, résidant au monastère d’Yngard, au nord du royaume de Deremis.

Chaque monastère est dirigé par un Frère Justicar, qui a pour mission de s’assurer du recrutement et de la préparation au combat de l’ensemble de ses résidents.

Un monastère de l’ordre n’est pas un simple lieu de rassemblement, mais une véritable forteresse capable de tenir un siège avec une poignée d’hommes contre une armée bien plus nombreuse.

Ceux-ci ont en effet bénéficié de siècles d’amélioration, profitant des plus grandes avancées technologiques pour servir de bastions dans des régions parfois reculées et presque abandonnées par la civilisation.


Chaque paladin est libre d’aller et venir où et quand il le souhaite, car tous sont égaux.

Il n’y a pas de grades dans l’ordre, uniquement des responsabilités.

Parfois, quand une affaire arrive jusqu’à un monastère, il est possible que le Frère Justicar attribue celle-ci à un ou plusieurs de ses frères qu’il juge comme possédant les compétences requises pour la mener à bien.

Bien que les emplacements des monastères soient majoritairement connus, l’ordre n’est pas une institution accessible à tous. Nombre d’épreuves et d’obstacles se dressent devant quiconque souhaite rejoindre les rangs des serviteurs de la justice.

Un entraînement difficile et éprouvant attend les postulants et seuls ceux étant dignes reçoivent le titre qui les accompagnera pendant le reste de leur vie et même après leur mort.

%d blogueurs aiment cette page :