L’opposition


Ils étaient devenus fous. Il ne pouvait en être autrement, Rashzar en était convaincu.

Il était un vieux guerrier Orc et avait déjà vu les chamans agir avec les esprits de nombreuses fois. Mais cette fois, c’était différent, ce n’était pas comme avant.

Comme tous les autres, il s’était toujours méfié du clan Ordal, par crainte, par superstition. Mais comment pouvaient- ils inciter à une telle folie ?

Une dague qui rendait fou celui qui la possédait, au point de tuer ceux de son clan sans raison ? Sans honneur ? Cela ne pouvait venir des esprits.

– “Que vas-tu faire ?” lui demanda Sinzar.

– “Qu’est-ce qu’on peut faire à part combattre pour se faire entendre ?” répondit le vieil Orc.

– “Le clan t’écoutera, tu es sage et respecté”.

– “On verra bien. Mais je ne tolérerai pas de telles sottises dans nos rangs.”

Raszar prit sa hache et sortit de la tente pour rejoindre la foule au centre du camp. Il se fraya un chemin à coups de coude et d’épaule pour assister à la scène.

Le chef de clan était là, avec un chaman du clan Ordal et lui hurlait son mécontentement.

– “Et TU veux que j’amène MON clan à servir les voix que tu entends dans ta tête, chaman ? Nous ne sommes pas des pions à tes ordres, ni aux ordres de ton maudit clan ! Mon père était chaman et il entendait lui aussi les esprits. Et jamais ils n’ont exigé de lui des sacrifices tels que ceux que tu demandes !”

Du chaman, on ne voyait que le bas du visage, tandis que le haut était dissimulé par une lourde capuche noire bordée d’un mauve sombre. Il tenait un bâton donc le haut formait un étrange nœud visiblement brûlé par un éclair dont la puissance avait laissé des stries noircies, telle une cicatrice difforme.

Ce fut rapide, une poignée de secondes, de brefs gestes, quelques paroles et un éclair vert jaillit de la main du chaman pour frapper son interlocuteur.

Lorsque ce dernier frappa au torse l’Orc, celui-ci fut projeté au sol, dans un hurlement de douleur.

– “Tu penses toujours que les esprits ne sont pas capables d’exiger des sacrifices Roggar ?” annonça le chaman.

Roggar était au sol, le souffle coupé par la douleur et le choc délivré tandis que le chaman avançait lentement vers lui.

Rashzar bondit, arme en main, dans une posture agressive et menaçante, barrant la route au chaman.

– “Je suis prêt à jeter moi-même ta tête aux pieds de ton chef de clan, chaman, alors mesure bien tes prochains actes. Tu n’es pas chez toi ici…”

D’autres guerriers rejoignirent en silence le vieil Orc, opposant un front de muscles, de fer et de fureur contenue à l’élu des esprits.

Le chaman observa quelques secondes avant de murmurer d’une voix menaçante :

– “Bien, je prends note que vous ne souhaitez pas obéir à la volonté des esprits. Réfléchis bien Orc, car lorsqu’ils nous bénirons tous pour récompenser nos sacrifices, vous serez abandonnés, seuls avec votre faiblesse…”

– “Traite-moi encore de faible et ta tête ne sera pas la seule à voler, lâche !” gronda Rashzar.

Le chaman ne dit rien, seul un sourire narquois s’affichant sur son visage, puis il partit lentement, quittant le camp en ricanant légèrement.

Roggar se leva péniblement.

– “Le clan Ordal ne va pas aimer qu’on leur dise non.” dit-il à Rashzar.

– “Le clan Ordal a toujours été loin de tous les autres et nous avons plus de guerriers qu’eux. Ils le savent et je suis d’accord avec toi, jamais je ne leur obéirai.”

Les guerriers de l’assemblée secouèrent la tête d’approbation et lancèrent quelques cris guerriers pour montrer qu’ils étaient prêts à se battre.


%d blogueurs aiment cette page :