Les clans des Peaux-Vertes


Les clans des Peaux-Vertes font à la fois office de foyer, de famille, de regroupement intéressé, de collectivité autonome et de force militaire. Le clan est la seule structure valide de leur société car les Peaux-Vertes ne s’embarrassent pas du fardeau d’une administration ou d’institutions spécialisées dans des domaines spécifiques.

Ils préfèrent à l’inverse former des clans entièrement autonomes ou chacun contribue à fournir ce dont les autres ont besoin en faisant sa part de travail.

Les Peaux-Vertes sont naturellement liés par un instinct de groupe très fort et œuvrent toujours naturellement pour le bien de la communauté. Si un clan ne possède pas de forgeron, alors, sans que personne ne le demande, un ou plusieurs d’entre eux se formeront au métier.

Pour eux, combler ce besoin est une nécessité que leur dicte leur instinct.

Néanmoins, de par la forte rivalité instinctive et la méthode violente de résolution du moindre conflit au sein de la société des Peaux-Vertes, il est fréquent que certains clans deviennent à certains moment plus puissants, tandis que d’autres se retrouveront au bord de l’effondrement.

Il est donc très commun que les membres des clans les plus faibles, ne voyant aucun moyen de lui rendre sa gloire passée, le quittent pour rejoindre un autre clan plus puissant qui verra toujours d’un bon œil l’arrivée d’un nouveau guerrier.

Ce phénomène de changement de clan est tout à fait normal du point de vue des Peaux-Vertes.

Cela n’est en aucun cas vu comme une forme de trahison et n’a aucun impact d’un point de vue social et relationnel entre les Peaux-Vertes.

Cela créé des mouvements sociaux complexes qui participent au renouvellement génétique et ce de façon naturelle et régulière.

De plus, cela participe aussi à faire grandir leur société en créant sans cesse des structures plus grosses et engendrant la disparition des plus faibles.

Néanmoins, lorsqu’un clan devient trop important, la violence générée par ceux qui le composent a tendance le plus souvent à le faire imploser.

Cela engendre systématiquement une nouvelle migration des survivants vers d’autres clans, perpétuant ainsi le renouvellement du cycle social chez les Peaux-Vertes.

Au quotidien, le clan est un lieu dans lequel chacun peut vivre et montrer aux autres sa supériorité, ce qui donne régulièrement lieu à des bagarres, disputes ou combats à mort.

Les Peaux-Vertes respectent la force. Par conséquent, le perdant d’un combat ne cherchera jamais à se venger et acceptera de se soumettre au vainqueur. En effet, la vengeance est un sentiment inconnu pour les Peaux-Vertes.

La pire sanction pour un Orc ou un Gobelin n’est pas la mort, mais l’exclusion. Le bannissement d’un clan équivaut à une mort lente et douloureuse. Un Orc ou un Gobelin exclu portera sur lui une marque de honte qui l’empêchera de retrouver un nouveau clan. Un individu dans ce cas-là est condamné à l’errance, à la fin des combats et donc au dépérissement de son être, comme s’il pourrissait à vue d’œil au fil des semaines, avant de mourir seul, dans l’oubli. 


Clan Rurkal

Le clan Rurkal s’est particulièrement distingué durant la longue guerre contre les Ruldars. De ses rangs sont souvent sortis de grands champions, aussi puissants que dévastateurs. Là où la plupart des Peaux-Vertes agissent en suivant leurs instincts, les membres de ce clan ont toujours mis l’accent sur la préparation et l’entraînement au combat.

Ils furent d’ailleurs les premiers à établir des camps fortifiés possédant de véritables systèmes de défense, ce qui était bien plus perfectionné que les masures dont se contentaient les autres clans.
Le clan Rurkal a toujours été novateur dans sa manière de développer de nouveaux moyens de combattre ou de s’entraîner.
Cela a permis à de nombreuses reprises de remporter la victoire, surprenant leurs adversaires par des méthodes et des ingéniosités que ceux-ci avaient eu la faiblesse de croire les Peaux-Vertes incapables.

Les guerriers du clan Rurkal sont respectés et craints. Ils le sont d’autant plus depuis que Nurbla, leur chef de clan, est devenu le chef de guerre de toute la race Peau-Verte.
Depuis lors, ils incarnent l’élite guerrière et sont systématiquement les premiers à charger au combat et les derniers à quitter le champ de bataille.

Aujourd’hui c’est l’un des clans les plus nombreux.
La couleur du clan est le rouge, symbolisant la soif de sang et la rage guerrière qui les anime.

Au sein du clan, la hiérarchie est simple : Nurbla commande, et tous s’exécutent.


Clan Ordar

Le peuple des Peaux-Vertes n’a pas de religion au sens ou l’entendent les autres races, mais est une culture à superstitions. Ils croient aux esprits, aux fantômes, aux malédictions et aux visions des ancêtres revenus pour les guider ou les punir s’ils ne sont pas dignes.

Un clan se démarque plus que n’importe quel autre dans le domaine du mysticisme : le clan Ordar. Chaque clan possède au moins un chaman qui est écouté et respecté car il possède le don de parler avec les esprits et de transmettre leurs messages au reste du clan. Le clan Ordar, cependant, possède beaucoup de chamans, bien plus que n’importe quel autre clan.

Il est dirigé par Ragh’dor, un chaman Orc qui est le seul à qui se sont adressé les “grands esprits”. Il y a plusieurs années, bien avant la grande traversée de l’océan, Ragh’dor reçut la visite des “grands esprits” dans un songe particulièrement puissant. Nul ne sait ce qu’il se passa à part Ragh’dor, mais ce dernier en fût changé à jamais, investi d’une mission capitale et plus importante que n’importe quelle autre.

Il devint le prophète d’un futur sombre, un futur où son clan incarnerait la fin des temps. Les révélations qu’il reçut lui permirent de comprendre que tout doit inévitablement périr, tout doit disparaître un jour ou l’autre. Les Peaux-Vertes étant l’incarnation de cette destruction, ils en seront alors les instruments et par conséquent ne pourront disparaître qu’une fois qu’ils auront absolument tout annihilé de la surface du monde.

Depuis, Ragh’dor a converti le reste de son clan à cette prophétie, devenant ainsi le clan des hérauts de la fin des temps. Les chamans furent de plus en plus nombreux au sein des Ordars et les puissances mystiques qu’ils manipulèrent de plus en plus sombres. En effet, là où un chaman d’un autre clan convoque un l’esprit d’un ancien pour lui demander conseil, les chamans du clan Ordar exigent une réponse de celui-ci, le torturant si nécessaire et ce jusqu’à ce que leur demande soit satisfaite.
Les autres clans s’en méfient donc en silence, par peur d’attirer leur colère et par conséquent, celle des esprits.

Au sein du clan, Ragh’dor dirige d’une poigne de fer, écoutant les consignes des grands esprits et veillant impitoyablement à ce que tous suivent les ordres de ces derniers. Parmi la hiérarchie du clan, on trouve le prophète, tout au sommet, puis tous ses chamans, Orcs comme Gobelins. Les guerriers sont principalement des gardes du corps et des exécuteurs, suivant aveuglément les ordres des chamans. L’ensemble du clan est devenu de plus en plus fanatique au fil des ans, conscients que la prophétie de Ragh’dor est sur le point de se réaliser.

La couleur du clan est le mauve sombre et les chamans portent souvent de longues robes à capuche.


Clan Morat

Si un clan se distingue particulièrement des autres, c’est bien le clan Morat. Sa structure et son existence défient toute la culture et la nature même des Peaux-Vertes, car son chef de clan est un Gobelin.

Le clan Morat est un clan créé de toute pièce par Nurbla suite à sa défaite contre les Humains. Celui-ci retint la leçon et imagina une nouvelle arme dans sa machine de guerre, une arme qui lui manquait pour mettre à mal les stratégies des Humains.

Ainsi il créa le clan Morat, avec comme mission de lui fournir des troupes spécialisées dans l’infiltration, les embuscades, les assassinats, la guérilla ou les prises de flancs. Morat le Gobelin fut désigné par Nurbla pour être le chef de clan et il lui donna autant d’autorité qu’un autre chef de clan Orc.
Afin d’assurer la réussite de son plan, Nurbla promit devant tous une mort violente à quiconque tenterait de nuire à Morat.

Ce dernier décida alors de structurer son clan en choisissant deux lieutenants, un Orc et un Gobelin.

Les Gobelins sont malins et connaissent très bien les Orcs et leur tendances naturelles à la violence. Or le jeune chef de clan savait que les Orcs de son clan n’étaient pas volontaires mais ont été désignés par le chef de guerre lui-même. Par conséquent, il lui fallait une figure d’autorité Orc afin de s’assurer leur obéissance.
Le lieutenant Orc a pour mission de faire appliquer les ordres de Morat, ni plus, ni moins.
De cette manière, jamais Morat ne donne directement d’ordres aux Orcs de son clan.
Ainsi, jamais ces derniers ne se sentent insultés de devoir obéir à un Gobelin, ce qui irait à l’encontre même de leur nature.

Le lieutenant Gobelin quant à lui, s’occupe de ses congénères mais aussi de toute la partie logistique nécessaire à l’accomplissement des divers missions du clan.

Le clan comporte beaucoup plus de Gobelins que d’Orcs, même si ces derniers sont nécessaires en tant que force de frappe.
De plus, les Orcs comme les Gobelins sont considérés de la même manière au sein du clan.

La couleur du clan est le noir, symbolisant la nuit qu’ils utilisent comme environnement idéal pour leurs opérations discrètes.


Clan Askaya

Si chaque clan mène sa vie de manière autonome sans se mêler des autres, les Askaya font office d’exception. Ils sont les garants des traditions, comme une loi vivante auquel on ne peut pas échapper.  

Pour les Askaya, la société Peau-Verte doit poursuivre sa route en ayant comme seul guide la tradition. Grâce à cette dernière, chaque Orc, chaque Gobelin connaît sa place. C’est un clan qui tisse des liens forts avec tous les autres clans afin de pouvoir sans cesse leur rappeler de ne pas perdre de vue les pratiques ancestrales. 

Ils sont particulièrement virulents envers le clan Morat, qui est selon eux une contre-nature qui ne devrait exister, qu’importe la volonté du chef de guerre Nurbla. Ils ne peuvent rien tenter contre eux directement mais le mépris est palpable envers ce clan dirigé par un Gobelin.

Le clan Ordar représente une énigme pour les Askaya. Comment autant de chamans peuvent-ils se détourner aussi facilement de la voie des traditions ? La puissance d’Ordar est grande et la crainte qu’il impose puissante, mais les Askaya ne manquent pas de faire savoir leur désapprobation, surtout envers leurs méthodes chamaniques. 

Lorsqu’un groupe d’Askaya est présent, ils veillent à toujours rappeler aux autres leurs devoirs en tant qu’Orc ou en tant que Gobelin. Ils n’hésitent pas à considérer les écarts et les manquements aux traditions comme des crimes qu’ils appellent toujours à punir comme il se doit. 

Le clan est très respecté, perçu comme des garants de l’équilibre de la société. Ils œuvrent de façon ininterrompue dans leur clan, en lien avec les autres, mais aussi sur le champ de bataille afin de maintenir la place de tous, exactement là où elle doit être. 


Clan des loups

Clan historique très connu pour sa profusion de berzerkers, le clan des loups possède bon nombre de guerriers illustres et féroces. 

Leur culture de clan est très tribale, bien plus que celle des autres clans. Ils possèdent peu de chamans et considèrent que la force brute sera toujours un meilleur atout. Peu de Gobelins vivent dans ce clan et les Orcs sont quasiment exclusivement berzerkers. 

Les membres du clan sont en recherche perpétuelle de défis pour éprouver leur force légendaire, à la recherche de créatures dangereuses et bestiales pour que seuls les plus forts et les plus méritants d’entre eux survivent et puissent raconter leurs exploits autour d’un feu, accompagnés de grandes chopes d’hydromel tout en savourant la chair des créatures qu’ils auront occis. Ils sont par ailleurs convaincus que la viande leur permet d’acquérir la force possédée par les créatures tuées.

De nombreux codes et traditions martiales animent le clan. Même pour un Orc moyen, le clan des loups est un clan brutal et particulièrement barbare. Beaucoup d’épreuves, souvent mortelles, accueillent les nouveaux arrivants.

Mais seuls ses membres savent combien cette culture leur permet de réellement tirer le meilleur de chaque guerrier et trier les faibles des forts.

Les guerriers du clan des loups sont si féroces que les Orcs les considèrent comme des sauvages. Les berzerkers du clan des loups affectionnent particulièrement la violence débridée et possèdent un sens aiguisé du duel. Pour eux, il n’y a qu’en affrontant seul un ennemi que l’on peut se savoir réellement meilleur que lui. Il n’est donc pas rare que les guerriers du clan des loups s’opposent aux interventions d’autres combattants extérieurs au clan durant les batailles. 

Bien que très respectueux des esprits, les berzerkers du clan des loups voient en la force la meilleure façon de servir les ancêtres et de leur rendre hommage. Ainsi, même leurs chamans subissent les terribles épreuves de combat à mains nues, de tests de force parfois mortels et partent à la bataille comme de vrais membres du clan des loups.

%d blogueurs aiment cette page :